Archives par mot-clé : Musée du Louvre

Quel est le point commun entre une princesse carthaginoise, un bijou grec et un motif syrien ?

Des perles de couleurs variées descendaient en longues grappes de ses oreilles sur ses épaules et jusqu’aux coudes. Sa chevelure était crêpée de façon à simuler un nuage. Elle portait autour du cou de petites plaques d’or quadrangulaires représentant une femme entre deux lions cabrés, et son costume représentait en entier l’accoutrement de la déesse. Sa robe d’hyacinthe, à manches larges, lui serrait la taille en s’évasant par le bas. Le vermillon de ses lèvres faisait paraître ses dents plus blanches, et l’antimoine de ses paupières ses yeux plus longs. Ses sandales, coupées dans un plumage d’oiseau, avaient des talons très hauts, et elle était pâle extraordinairement, à cause du froid sans doute.

Gustave flaubert, Salammbô, chapitre VII

Cette “femme entre deux lions cabrés », c’est le motif de la Potnia Thérôn (maîtresse des
animaux), connu dans l’art grec depuis le VIIIe siècle av. J.-C., emprunté à l’iconographie orientale.
Où Flaubert a-t-il découvert ce motif ? Continuer la lecture de Quel est le point commun entre une princesse carthaginoise, un bijou grec et un motif syrien ?

« Un œil, une histoire » aux Journées Internationales du Film sur l’Art (1er février 2019 – Paris, Musée du Louvre)

La série « Un œil, une histoire » de Marianne Alphant et Pascale Bouhénic propose de découvrir le regard de différents historiens de l’art sur les œuvres, les artistes, l’histoire. Chaque film dresse le portrait d’un historien de l’art au moyen d’images posées sur sa table de travail.

Les Journées Internationales du Film sur l’Art permettent de découvrir en avant-première Gérard Wajcman, si on est narcisse ou jonquille et Jean-Paul Demoule, un grain de raisin dans une amphore. Continuer la lecture de « Un œil, une histoire » aux Journées Internationales du Film sur l’Art (1er février 2019 – Paris, Musée du Louvre)

Pierre Verlet

Né le 29 mars 1908 à Paris

Mort le 9 décembre 1987 à Paris 

Archiviste-paléographe, historien de l’art, conservateur du patrimoine

 

Vie 

Pierre Verlet est né à Paris en 1908. Formé à l’École du Louvre et à l’École des Chartes, il est diplômé en 1932 avec une thèse sur la maison de Sully. Devenu conservateur de musée, l’essentiel de sa carrière se déroula au sein du département des objets d’arts du musée du Louvre entre 1945 et 1972. Soucieux d’enrichir les collections publiques françaises, il s’attacha à combler les lacunes du département, fit acquérir plus de mille objets de la période moderne, et créa les sections Empire et Restauration. Ses champs d’études furent extrêmement diversifiés, il se spécialisa aussi bien sur l’époque médiévale que sur la période moderne, étudiant à la fois la majolique, les ivoires ou bien les émaux, et fit date dans l’historiographie de la discipline en publiant, avec Blaise de Montesquiou-Fezensac, l’ouvrage laissé inachevé en 1946 du marquis de Vasselot Les Gémellions limousins du XIIIe siècle en 1952. Le mobilier du XVIIIe siècle reste néanmoins son domaine de prédilection. Son rôle dans la recherche fut aussi bien celui d’auteur que d’encadrant : il explora des champs de créations jusque-là mal connus tels la porcelaine de Sèvres, les bronzes d’ameublement, ou bien encore les tapis de la Savonnerie ; dirigea une équipe au CNRS sur l’orfèvrerie française en province, supervisa la thèse de Jean-Pierre Baroli qui fit le jour sur l’estampille B.V.R.B.

Continuer la lecture de Pierre Verlet

Le Connoisseurship

Qu’est-ce que le connoisseurship ? Qu’est-ce qu’un connoisseur ?

Le connoisseurship, terme issu de l’ancien français « connoisseur », désignant au XVIIIe siècle un amateur éclairé de Beaux-Arts, est une méthode qui consiste à attribuer à un artiste la paternité d’une œuvre, à trancher sur son authenticité. Ce paradigme se codifia surtout dans la seconde moitié du XIXe siècle avec Giovanni Morelli, mais trouve son origine auparavant.

Continuer la lecture de Le Connoisseurship