Archives par mot-clé : Erreur

André Malraux et le char funèbre de Napoléon

Mort en 1821 à Sainte-Hélène, Napoléon fut inhumé sur cette île bien qu’il eût souhaité reposer à Paris. Durant près de dix années, les voix s’élèvent toujours plus nombreuses dans une population française de plus en plus marquée par l’aspect légendaire de l’Empereur, pour réclamer le retour de son corps.

Le régime issu des révoltes de juillet 1830, dirigé par le roi Louis-Philippe organise le rapatriement des restes du souverain, sur l’insistance du président du Conseil Adolphe Thiers, fervent bonapartiste. Point d’orgue de cette expédition, la cérémonie du 15 décembre 1840 devait marquer les esprits par son faste. Ultime étape du voyage, la journée consista en une procession entre Courbevoie et l’église des Invalides, procession au centre de laquelle se trouvait le char funèbre contenant le cercueil du grand homme. Véritable morceau d’architecture dû au talent d’Henri Labrouste, ce grand véhicule de bois doré de dix mètres de haut pour autant de long n’avait d’utilité que lors de la cérémonie. Après celle-ci, il fut exposé quelques jours sous l’Arc de Triomphe. Et depuis… plus aucune trace de son existence. Continuer la lecture de André Malraux et le char funèbre de Napoléon

Les têtes de Modigliani

En 1984, à Livourne, ville natale de Modigliani, on décide d’organiser une exposition pour le centenaire de la naissance de l’artiste. Vera Dubrè, directrice du Museo Progressivo d’Arte Contemporanea de Villa Maria, et son frère Dario, directeur de la Gallerie d’Art Moderne  à Rome, décident de commencer les recherches des sculptures que, selon la légende, Modigliani avait jeté dans l’Arno en 1909 en signe d’insatisfaction. Après sept jours de recherche, ils ont finalement trouvé les têtes sculptées. Deux grands historiens de l’art italiens, Giulio Carlo Argan et Cesare Brandi, les attribuent sans doute à l’artiste de Livourne. La critique est positive : les sculptures sont originelles. Pourtant, dans les jours des recherche il était arrivé une chose intéressante : Michele Ghelarducci, Pietro Luridiana et Pierfrancesco Ferrucci avaient décidé de rendre fructueuses les recherches en réalisant eux-mêmes des têtes en pierre. Ils ne savaient pas qu’une autre personne, le sculpteur Angelo Froglia, avait déjà jeté dans le Fosso Reale des faux Modigliani. Quand les sculptures sont retrouvées, le maire et les conservateurs de l’exposition sont très heureux. Toute l’Italie en parle, tout le monde croit à l’attribution des œuvres. En même temps, les trois jeunes auteurs regardent ce qu’il se passe à la télévision. Ils étaient convaincus qu’aucun historien de l’art n’aurait pu y croire. Ils sentent le risque que les œuvres  soient exposées comme originelles ou mise dans les livres d’histoire de l’art. Ils décident de tout raconter à l’hebdomadaire italien Panorama. La blague est démasquée, mais le fait que des grands historiens de l’art avaient attribué les œuvres fait croire que l’histoire raconté à Panorama n’était qu’un mensonge. Les trois garçons sont alors obligés de réaliser d’autres copies des sculptures pour démontrer leur capacité. L’histoire des fausses têtes de Modigliani est un exemple très intéressant pour voir comment certaines fois les attributions ne sont qu’une hypothèse risquée.

“Pensavamo che una volta ritrovata la testa la gente avrebbe esultato con i caroselli come ai mondiali di calcio ma anche che un critico d’arte si sarebbe accorto dello scherzo”[1]

(Nous pensions qu’une fois que la tête aurait été retrouvée, les gens auraient exulté avec des carrousels comme pour la Coupe du monde, mais aussi qu’un critique d’art se serait rendu compte de la blague.)

– Les trois auteurs des faux Modigliani

[1] link