Archives par mot-clé : Arts décoratifs

Ernst Gombrich

Vie

Ernst Gombrich est né à Vienne le 30 mars 1909. Il se forme à l’Institut National d’Histoire de l’art de Vienne avec l’éminent Julius Von Schlosser entre 1925 et 1930, qui lui inspire la rigueur de la méthode philologique et l’importance d’une base philosophique pour la discipline. Pour son doctorat, il écrit une thèse sur l’architecture et le décor maniériste de Giulio Romano à Mantoue sous la direction d’Ernst Kris. Grâce à lui, Gombrich part pour l’Institut Warburg de Londres en 1936 pour fuir le nazisme. Il sera directeur de l’Institut à partir de 1959. Il est d’ailleurs l’auteur de la biographie intellectuelle du même Aby Warburg, parue en 1970. Entre 1959 et 1976 il donne des cours d’Histoire de la tradition classique à l’Université de Londres. Il meurt en 2001.

Pensée

Ernst Kris influence Gombrich dans l’approche interdisciplinaire, dans l’idée que l’histoire de l’art doit être étudiée en lien avec des problèmes plus généraux. Par exemple, c’est depuis leur étude sur la caricature que l’histoire de l’art est croisée avec les théories psychanalytiques. Le milieu de l’Institut Warburg était partagé entre la tradition de la Geisteschechiste de Max Dvorak et sa mutation dans l’iconologie de Panofsky. Gombrich cherche à dépasser ces paradigmes pour retourner vers une véritable Kulturgeschichte. Il adhère aussi aux théories antihistoricistes du philosophe Karl Popper, en abandonnant la vision hegelienne et dialectique de l’histoire. Il était critique envers l’histoire sociale de l’art qui avait une approche dialectique-marxiste. Il veut plutôt travailler sur l’iconographie que sur les styles, et il se lie ainsi à la méthode de Warburg. Pourtant, il est critique aussi avec l’iconologie pure.  Contre le concept d’autonomie de l’art, il s’appuie sur l’importance des artistes et des autres acteurs du champ artistique. Pour lui, le style vise à satisfaire les différents groupes sociaux. Cependant, il était loin de la vision sociale de l’art comme celle d’Arnold Hauser. Pour lui, les commanditaires, mais aussi tout le système influence les choix stylistiques, de la mode aux innovations scientifiques. Il sépare ainsi l’histoire sociale de l’histoire culturelle. En 1950 il publie son ouvrage de vulgarisation par excellence, pensé pour les jeunes et qui a eu un succès international : le livre Story of Art. Avec ses 7 millions de copies, il a été élu le plus grand best-seller de la discipline, avec la traduction dans une trentaine de langues. En 1959 il publie un ouvrage scientifique à partir d’une série de conférences qui portent sur le sujet de l’importance du style dans la représentation : Art and Illusion. A Study in the Psychology of Pictorial Rapresentation. Il mêle dans cet ouvrage l’histoire de l’art et les théories de la psychologie de la perception visuelle. Il s’éloigne toutefois de la vision stricte des théories de la Gestalttheorie. Il faut diviser l’étude des images de celui de la beauté visuelle. Aussi pour analyser les valeurs symboliques des œuvres d’art, selon Gombrich il faut s’approcher des études freudiennes, mais plutôt pour une interprétation des formes que pour une analyse biographique des artistes. En fait, pour Gombrich les artistes ne peignent pas ce qu’ils voient, mais ce qu’ils perçoivent sous le conditionnement mental, social et collectif. En ce qui concerne l’étude des théories de l’art, il publie en 1963 Meditation on a Hobby Horse and other Essays on the Theory of Art. Dans cet essai théorique, il critique l’ultra-spécialisation et le coté ésotérique de l’iconologie. Pour lui, l’historien de l’art devrait être compréhensible aussi pour les collègues des autres disciplines. Il revient sur le sujet de la psychologie visuelle, précisément sur celle de l’art décoratif, en 1979 avec le livre The Sense of Order.  Il a rassemblé ses théories sur la perception dans l’ouvrage paru en 1982, The Image and the Eye.  

Pierre Verlet

Né le 29 mars 1908 à Paris

Mort le 9 décembre 1987 à Paris 

Archiviste-paléographe, historien de l’art, conservateur du patrimoine

 

Vie 

Pierre Verlet est né à Paris en 1908. Formé à l’École du Louvre et à l’École des Chartes, il est diplômé en 1932 avec une thèse sur la maison de Sully. Devenu conservateur de musée, l’essentiel de sa carrière se déroula au sein du département des objets d’arts du musée du Louvre entre 1945 et 1972. Soucieux d’enrichir les collections publiques françaises, il s’attacha à combler les lacunes du département, fit acquérir plus de mille objets de la période moderne, et créa les sections Empire et Restauration. Ses champs d’études furent extrêmement diversifiés, il se spécialisa aussi bien sur l’époque médiévale que sur la période moderne, étudiant à la fois la majolique, les ivoires ou bien les émaux, et fit date dans l’historiographie de la discipline en publiant, avec Blaise de Montesquiou-Fezensac, l’ouvrage laissé inachevé en 1946 du marquis de Vasselot Les Gémellions limousins du XIIIe siècle en 1952. Le mobilier du XVIIIe siècle reste néanmoins son domaine de prédilection. Son rôle dans la recherche fut aussi bien celui d’auteur que d’encadrant : il explora des champs de créations jusque-là mal connus tels la porcelaine de Sèvres, les bronzes d’ameublement, ou bien encore les tapis de la Savonnerie ; dirigea une équipe au CNRS sur l’orfèvrerie française en province, supervisa la thèse de Jean-Pierre Baroli qui fit le jour sur l’estampille B.V.R.B.

Continuer la lecture de Pierre Verlet