Archives par mot-clé : archéologie

Archéologie féministe

Le féminisme et l’archéologie

L’archéologie féministe est liée au mouvement féministe et au développement des théories féministes dans les sciences sociales. Ce nouvel apport théorique intervient un peu tardivement en archéologie par rapport à d’autres domaines, puisqu’il se développe en archéologie vers le début des années 1980. Ce retard est probablement lié à la prédominance, jusque dans les années 1980, de l’archéologie processuelle, paradigme qui, concevant la culture comme un système, ne permettait pas de réelles conclusions sur les individus.

L’archéologie féministe partage des éléments fondamentaux avec ses équivalents théoriques d’autres disciplines.

Le constat initial est que les femmes ont souffert et souffrent d’oppression au sein des sociétés, ce qui conduit à leur exclusion plus ou moins totale du débat politique et social. Cette réflexion amène les féministes à défendre la multivocalité des discours, c’est-à-dire à favoriser la diversité des points de vue et modes d’expression.

Les femmes sont oppressées au quotidien, et dans l’espace privé comme dans l’espace public. Ce second constat conduit les féministes à mettre en valeur les expériences vécues, en particulier dans la sphère quotidienne. Pour elles, cette situation montre que le politique s’étend également à la sphère domestique et privée, et accorde une grande importance à la petite échelle, aux contextes locaux et domestiques.

La critique féministe porte également sur la construction académique de l’image du passé : celle-ci, construite sur l’exclusion des femmes, est subjective en ce qu’elle est androcentrique. L’archéologie contribue donc à construire une image subjective, partielle et partiale, du passé. Cette vision de l’Histoire est impliquée dans des stratégies de pouvoir actuelles, car elle permet de justifier des propositions sociales ou politiques. Autrement dit, pour les féministes, le pouvoir masculin se perpétue par la référence à un passé qui le légitime. Continuer la lecture de Archéologie féministe

Quel est le point commun entre une princesse carthaginoise, un bijou grec et un motif syrien ?

Des perles de couleurs variées descendaient en longues grappes de ses oreilles sur ses épaules et jusqu’aux coudes. Sa chevelure était crêpée de façon à simuler un nuage. Elle portait autour du cou de petites plaques d’or quadrangulaires représentant une femme entre deux lions cabrés, et son costume représentait en entier l’accoutrement de la déesse. Sa robe d’hyacinthe, à manches larges, lui serrait la taille en s’évasant par le bas. Le vermillon de ses lèvres faisait paraître ses dents plus blanches, et l’antimoine de ses paupières ses yeux plus longs. Ses sandales, coupées dans un plumage d’oiseau, avaient des talons très hauts, et elle était pâle extraordinairement, à cause du froid sans doute.

Gustave flaubert, Salammbô, chapitre VII

Cette “femme entre deux lions cabrés », c’est le motif de la Potnia Thérôn (maîtresse des
animaux), connu dans l’art grec depuis le VIIIe siècle av. J.-C., emprunté à l’iconographie orientale.
Où Flaubert a-t-il découvert ce motif ? Continuer la lecture de Quel est le point commun entre une princesse carthaginoise, un bijou grec et un motif syrien ?

« Un œil, une histoire » aux Journées Internationales du Film sur l’Art (1er février 2019 – Paris, Musée du Louvre)

La série « Un œil, une histoire » de Marianne Alphant et Pascale Bouhénic propose de découvrir le regard de différents historiens de l’art sur les œuvres, les artistes, l’histoire. Chaque film dresse le portrait d’un historien de l’art au moyen d’images posées sur sa table de travail.

Les Journées Internationales du Film sur l’Art permettent de découvrir en avant-première Gérard Wajcman, si on est narcisse ou jonquille et Jean-Paul Demoule, un grain de raisin dans une amphore. Continuer la lecture de « Un œil, une histoire » aux Journées Internationales du Film sur l’Art (1er février 2019 – Paris, Musée du Louvre)

La Céramique grecque – lieux de production

Cette bibliographie est consacrée à la céramique grecque antique (à l’exception de la céramique de l’âge du Bronze). Elle ne se veut pas exclusive. Les dates de réédition ne sont indiquées que lorsque la réédition a été accompagnée de modifications au texte.

Athènes

ALGRAIN, Isabelle.  L’alabastre attique. Origine, forme et usages, 3 vol., Thèse de doctorat en Histoire, art et archéologie, Université libre de Bruxelles, 2011.

Disponible en ligne : http://difusion.ulb.ac.be/vufind/Record/ULB-DIPOT:oai:dipot.ulb.ac.be:2013/209979/Details

BAKIR, Tomris. Der Kolonettenkrater in Korinth und Attica zwischen 625 und 550 v. Chr., Wurtzbourg, Triltsch, 1974

BEAZLEY, John Davidson. Attic Black-figure Vase-painters, Oxford, Clarendon Press, 1956

BEAZLEY, John Davidson. Attic Red-Figure Vase-Painters, Oxford, Clarendon Press,  1942

Autre édition en anglais : 1963

BEAZLEY, John Davidson. Paralipomena: Additions to Attic Black-figure Vase-painters and to Attic Red-figure Vase-painters. Oxford, Clarendon Press, 1971 Continuer la lecture de La Céramique grecque – lieux de production