Archives de catégorie : Portraits

Gisela Marie Augusta Richter

Née le 14 ou 15 août 1882, à Londres
Morte le 24 décembre 1972, à Rome
Archéologue classique, historienne de l’art


De l’histoire de l’art à l’archéologie
Gisela Richter naît dans une famille d’historiens de l’art ; ses parents, Jean Paul Richter et Louise Marie Richter, sont tous deux historiens de l’art de la Renaissance italienne. Sa sœur Irma se tourne plus tard vers le même domaine. Son père était l’ami de Giovanni Morelli et un défenseur du connoisseurship. 
Après une éducation à Maida Vale School, elle suit, vers 1896, les cours de l’archéologue
Emmanuel Löwy à l’Université de Rome ; c’est à cette occasion qu’elle décide de devenir
archéologue. Elle termine ses études à Girton College (Cambridge) en 1904 sans pouvoir être diplômée – Cambridge n’autorisant les femmes à obtenir des diplômes qu’en 1948. Elle passe alors un an à la British School at Athens.
Engagée par Edward Robinson au Metropolitan Museum of Art de New York en 1905, elle
déménage aux Etats-Unis. Elle prend la nationalité américaine en 1917.
Gisela Richter prend rapidement de l’importance au sein du musée, et est nommée en 1925 curator d’art grec et romain. Elle est la première femme du Metropolitan Museum of Art à occuper ce poste – en réalité la première personne à occuper ce poste, qui vient d’être créé dans le mouvement de professionnalisation initié par Edward Robinson.

Continuer la lecture de Gisela Marie Augusta Richter

Pierre Verlet

Né le 29 mars 1908 à Paris

Mort le 9 décembre 1987 à Paris 

Archiviste-paléographe, historien de l’art, conservateur du patrimoine

 

Vie 

Pierre Verlet est né à Paris en 1908. Formé à l’École du Louvre et à l’École des Chartes, il est diplômé en 1932 avec une thèse sur la maison de Sully. Devenu conservateur de musée, l’essentiel de sa carrière se déroula au sein du département des objets d’arts du musée du Louvre entre 1945 et 1972. Soucieux d’enrichir les collections publiques françaises, il s’attacha à combler les lacunes du département, fit acquérir plus de mille objets de la période moderne, et créa les sections Empire et Restauration. Ses champs d’études furent extrêmement diversifiés, il se spécialisa aussi bien sur l’époque médiévale que sur la période moderne, étudiant à la fois la majolique, les ivoires ou bien les émaux, et fit date dans l’historiographie de la discipline en publiant, avec Blaise de Montesquiou-Fezensac, l’ouvrage laissé inachevé en 1946 du marquis de Vasselot Les Gémellions limousins du XIIIe siècle en 1952. Le mobilier du XVIIIe siècle reste néanmoins son domaine de prédilection. Son rôle dans la recherche fut aussi bien celui d’auteur que d’encadrant : il explora des champs de créations jusque-là mal connus tels la porcelaine de Sèvres, les bronzes d’ameublement, ou bien encore les tapis de la Savonnerie ; dirigea une équipe au CNRS sur l’orfèvrerie française en province, supervisa la thèse de Jean-Pierre Baroli qui fit le jour sur l’estampille B.V.R.B.

Continuer la lecture de Pierre Verlet

Aby Warburg

Vie 

Aby Warburg est né le 13 juin 1866 à Hambourg. Il renonce très jeune à hériter la direction de la banque familiale et utilise sa rente pour recueillir tous les livres qu’il veut. Les livres en question sont des livres d’histoire, d’histoire de l’art, d’histoire des religions, de psychologie et autres disciplines. En 1886 il commence à étudier histoire de l’art à l’Université de Bonn, puis déménage à Strasbourg, où il obtient son diplôme avec une thèse sur le Printemps et la Naissance de Vénus de Botticelli. En 1895 il voyage aux Etats-Unis à l’occasion du mariage de son frère. Il profite de ce voyage pour visiter les populations autochtones amérindiennes comme les Hopi. Le fruit de ce voyage est publié après sa mort dans l’essai Le rituel du serpent. Après être rentré en Europe, il épouse Mary Hertz et ils vont vivre en Italie, en Toscane. À Florence Warburg mène ses recherches sur le commanditaire Sassetti et il travaille sur les fresques de Ghirlandaio en analysant le rapport de la bourgeoisie florentine avec la magie et l’astrologie. Après ses études en Italie, il rentre à Hambourg où il fonde sa bibliothèque, la Bibliothèque Warburg, qui deviendra un exemple européen d’organisation. Les années du premier conflit mondial ne sont pas faciles pour l’historien des cultures, qui souffre de psychoses et il est interné à Kreuzlingen. Après sa guérison il a continué avec des séminaires et cours dans sa Bibliothèque, jusqu’à sa mort soudaine en 1929. En 1933, à cause du nazisme, la bibliothèque et ses étudiants sont contraints de déménager à Londres, où il existe encore aujourd’hui le prestigieux Institut Warburg.

Pensée 

Le croisement entre différents disciplines a permis à Warburg d’aller au-delà de l’histoire de l’art formaliste de son temps. En fait, il se déclare « historien des images », dans un sens plus élargi de la discipline. Warburg fait des comparaisons intéressantes entre périodes et lieux différents, comme le parallèle entre le sens magique de la population américaine des Hopi et la Florence du Quattrocento. Une des clés de sa pensée est celle du Nachleben der Antike, c’est-à-dire la survivance de l’Antiquité à l’époque moderne. L’historien des images a trouvé dans l’art de la Renaissance les formes déjà utilisées dans l’art ancien, en les classifiant sous le concept de Pathosformeln. L’ouvrage resté inachevé Mnemosyne est un recueil des images pour étudier le concept de Pathosformel. Son aspect interdisciplinaire est évident aussi dans l’ordre de la bibliothèque de l’Institut Warburg, qui suit le principe du « bon rapport de voisinage», selon lequel si on cherche un livre, on trouvera près de lui une autre ouvrage utile à nos recherches. L’approche élargie, plein des sources textuelles, a contribué à la démarche méthodologique qu’après sa mort a été appelée Iconologie.

Aby Warburg

Erwin Panofsky

Vie

Erwin Panofsky est né à Hanovre le 30 mars 1892. Il étudie à l’Université de Fribourg-en-Brisgau, à Berlin et à Munich. Sa thèse de doctorat est La théorie de l’art de Dürer, envisagée principalement dans ses rapports avec la théorie de l’art des Italiens. Après son doctorat, il commence à enseigner histoire de l’art à l’université de Hambourg. En 1916 il se marie avec Dora Mosse, une autre historienne de l’art, avec qui il publiera Le vase de Pandore. Il commence à travailler aussi à la New York University, en alternance avec l’université de Hambourg. En 1924 il publie Idea, un premier ouvrage sur la théorie de l’art. Un tournant dans sa carrière est son déménagement aux Etats-Unis, en 1933. Il devient professeur à Princeton, et à partir du 1935 il est enseignant à l’Institut for Advanced Study dans la même ville. Comme il avait commencé à travailler aux Etats Unis avant le nazisme, il a écrit dans son autobiographie qu’il était arrivé en Amérique du Nord plutôt comme « invité » que. Le travail dans les universités américaines il l’amène à écrire en anglais, passage qui sera important pour la divulgation de son travail.

Pensée 

Erwin Panofsky a été pour l’histoire de l’art un grand innovateur. Il s’est notamment intéressé aux implications intellectuelles et culturelles de l’art figuratif. Par exemple, sa grande érudition lui a permis de trouver les sources littéraires de beaucoup des artistes et commanditaires. Son premier travail a été sur la figure de Dürer. Son intérêt pour l’histoire des idées a en outre contribué à mieux connaître la pensée esthétique pendant les siècles anciens et à l’époque moderne. Sur les pas de Warburg, il a travaillé sur la survivance de l’Antiquité à l’époque médiévale et moderne, en contribuant à la définition des diverses renaissances dans l’histoire de l’art occidental. En 1946 il publie L’abbé Suger et l’église abbatiale de Saint-Denis et ses trésors, qui influencera fortement les études sociologiques. Il inspire notamment le concept de milieu de Pierre Bourdieu. Pour la question du paradigme et de l’approche méthodologique, Panofsky fut celui qui éleva l’Iconologie au rang de véritable courant de l’histoire de l’art. Panofsky, dans ses travaux épistémologiques, nous a donné la définition des trois niveaux de lecture de l’œuvre d’art : le niveau descriptif, le niveau iconographique et, en dernier lieu, le niveau iconologique. En s’appuyant sur les études warburgiennes, il arrive à définir l’iconologie comme la lecture, à son avis, la plus complète pour l’œuvre d’art.