Tous les articles par historioart

André Malraux et le char funèbre de Napoléon

Mort en 1821 à Sainte-Hélène, Napoléon fut inhumé sur cette île bien qu’il eût souhaité reposer à Paris. Durant près de dix années, les voix s’élèvent toujours plus nombreuses dans une population française de plus en plus marquée par l’aspect légendaire de l’Empereur, pour réclamer le retour de son corps.

Le régime issu des révoltes de juillet 1830, dirigé par le roi Louis-Philippe organise le rapatriement des restes du souverain, sur l’insistance du président du Conseil Adolphe Thiers, fervent bonapartiste. Point d’orgue de cette expédition, la cérémonie du 15 décembre 1840 devait marquer les esprits par son faste. Ultime étape du voyage, la journée consista en une procession entre Courbevoie et l’église des Invalides, procession au centre de laquelle se trouvait le char funèbre contenant le cercueil du grand homme. Véritable morceau d’architecture dû au talent d’Henri Labrouste, ce grand véhicule de bois doré de dix mètres de haut pour autant de long n’avait d’utilité que lors de la cérémonie. Après celle-ci, il fut exposé quelques jours sous l’Arc de Triomphe. Et depuis… plus aucune trace de son existence. Continuer la lecture de André Malraux et le char funèbre de Napoléon

Qu’est-ce qu’un paradigme ?

Cette rubrique vous propose d’explorer quelques paradigmes fondamentaux de l’histoire de l’art.

Issu du grec παράδειγμα (modèle), ce terme a tout d’abord un sens grammatical et désigne le schéma de conjugaison d’un verbe selon son groupe. Par exemple, aimer, verbe du premier groupe, sert de modèle pour apprendre cette conjugaison, et est réplicable pour tous les verbes de ce groupe, tel manger, laver…

En épistémologie, le terme de paradigme prend un sens plus large depuis l’ouvrage de Thomas Kuhn La structure des révolutions scientifiques, paru en 1962. Il pourrait alors être compris comme une sorte de modèle méthodologique établi pour répondre à une série de problèmes posés par une communauté de scientifiques à une époque donnée. Défini par Kuhn pour parler de l’histoire des sciences telles que la physique, l’astronomie ou la chimie, le paradigme est devenu un concept appliqué à l’histoire des idées en général, et donc à l’histoire de l’art.

Le paradigme est l’élément central d’une science dite normale. « Le paradigme définit les problèmes et les méthodes qui sont légitimes pour fournir un langage commun à toute la communauté des scientifiques » explique Kuhn. Il constitue donc le moyen d’accomplissement de recherches suffisamment fondées pour une communauté de scientifiques avec des problèmes définis à résoudre.

« La confiance en un paradigme est essentielle au développement de la science ». Cependant, les recherches menées au sein de ce système ont tendance avec le temps à s’éloigner du modèle premier et ont tendance à être menées de façon de moins en moins rigoureuse et par un nombre de chercheurs toujours plus élevés. Il advient alors qu’un paradigme puisse arriver au terme de son rendement et en s’épuisant, soit petit à petit remplacé par un nouveau paradigme dominant, qui est alors plus adapté et convaincant pour répondre aux nouveaux problèmes posés par la science avec de nouvelles méthodes. Le passage d’un paradigme à l’autre par l’intermédiaire d’une révolution est le modèle de développement normal d’une science normale.

Les historiens de l’art ont, dans l’élaboration de leur discipline, inventé plusieurs systèmes d’interprétation pour connaître et comprendre les œuvres, comme le connoisseurship, le formalisme, l’iconologie… Ils sont autant de méthodes, de paradigmes donc, qui ont construit l’histoire de l’art.

 

Pierre Verlet

Né le 29 mars 1908 à Paris

Mort le 9 décembre 1987 à Paris 

Archiviste-paléographe, historien de l’art, conservateur du patrimoine

 

Vie 

Pierre Verlet est né à Paris en 1908. Formé à l’École du Louvre et à l’École des Chartes, il est diplômé en 1932 avec une thèse sur la maison de Sully. Devenu conservateur de musée, l’essentiel de sa carrière se déroula au sein du département des objets d’arts du musée du Louvre entre 1945 et 1972. Soucieux d’enrichir les collections publiques françaises, il s’attacha à combler les lacunes du département, fit acquérir plus de mille objets de la période moderne, et créa les sections Empire et Restauration. Ses champs d’études furent extrêmement diversifiés, il se spécialisa aussi bien sur l’époque médiévale que sur la période moderne, étudiant à la fois la majolique, les ivoires ou bien les émaux, et fit date dans l’historiographie de la discipline en publiant, avec Blaise de Montesquiou-Fezensac, l’ouvrage laissé inachevé en 1946 du marquis de Vasselot Les Gémellions limousins du XIIIe siècle en 1952. Le mobilier du XVIIIe siècle reste néanmoins son domaine de prédilection. Son rôle dans la recherche fut aussi bien celui d’auteur que d’encadrant : il explora des champs de créations jusque-là mal connus tels la porcelaine de Sèvres, les bronzes d’ameublement, ou bien encore les tapis de la Savonnerie ; dirigea une équipe au CNRS sur l’orfèvrerie française en province, supervisa la thèse de Jean-Pierre Baroli qui fit le jour sur l’estampille B.V.R.B.

Continuer la lecture de Pierre Verlet

Le Connoisseurship

Qu’est-ce que le connoisseurship ? Qu’est-ce qu’un connoisseur ?

Le connoisseurship, terme issu de l’ancien français « connoisseur », désignant au XVIIIe siècle un amateur éclairé de Beaux-Arts, est une méthode qui consiste à attribuer à un artiste la paternité d’une œuvre, à trancher sur son authenticité. Ce paradigme se codifia surtout dans la seconde moitié du XIXe siècle avec Giovanni Morelli, mais trouve son origine auparavant.

Continuer la lecture de Le Connoisseurship