Archéologie féministe

Le féminisme et l’archéologie

L’archéologie féministe est liée au mouvement féministe et au développement des théories féministes dans les sciences sociales. Ce nouvel apport théorique intervient un peu tardivement en archéologie par rapport à d’autres domaines, puisqu’il se développe en archéologie vers le début des années 1980. Ce retard est probablement lié à la prédominance, jusque dans les années 1980, de l’archéologie processuelle, paradigme qui, concevant la culture comme un système, ne permettait pas de réelles conclusions sur les individus.

L’archéologie féministe partage des éléments fondamentaux avec ses équivalents théoriques d’autres disciplines.

Le constat initial est que les femmes ont souffert et souffrent d’oppression au sein des sociétés, ce qui conduit à leur exclusion plus ou moins totale du débat politique et social. Cette réflexion amène les féministes à défendre la multivocalité des discours, c’est-à-dire à favoriser la diversité des points de vue et modes d’expression.

Les femmes sont oppressées au quotidien, et dans l’espace privé comme dans l’espace public. Ce second constat conduit les féministes à mettre en valeur les expériences vécues, en particulier dans la sphère quotidienne. Pour elles, cette situation montre que le politique s’étend également à la sphère domestique et privée, et accorde une grande importance à la petite échelle, aux contextes locaux et domestiques.

La critique féministe porte également sur la construction académique de l’image du passé : celle-ci, construite sur l’exclusion des femmes, est subjective en ce qu’elle est androcentrique. L’archéologie contribue donc à construire une image subjective, partielle et partiale, du passé. Cette vision de l’Histoire est impliquée dans des stratégies de pouvoir actuelles, car elle permet de justifier des propositions sociales ou politiques. Autrement dit, pour les féministes, le pouvoir masculin se perpétue par la référence à un passé qui le légitime.

Ces différents constats impliquent, pour l’archéologie féministe, les conclusions suivantes :

– les archéologues doivent examiner la division sexuelle des tâches et les inégalités au sein de leur profession

– il faut être plus critique quant aux biais et aux présomptions concernant les sociétés anciennes

– il faut questionner la façon dont la connaissance archéologique a été construite, de manière androcentrique

Ces critères constituent l’assise théorique du féminisme, quelle que soit la discipline dans laquelle ils interviennent.

Des archéologies féministes variées

Les recherches en archéologie féministe ont été réalisées selon des cadres théoriques variés (archéologie marxiste, évolutionniste, etc.). Elles varient également selon la définition du féminisme défendue : deux féministes marxistes n’auront pas les mêmes conclusions si l’une a une vision constructiviste du féminisme et l’autre une vision essentialiste. Enfin, les critiques féministes à l’égard de l’archéologie ont été prises en compte à des degrés divers dans un certain nombre d’autres écoles théoriques : le post-processualisme en particulier a repris à son propre compte un certain nombre de critiques émises en premier lieu par l’archéologie féministe.

Les archéologies féministes partagent pour la plupart un certain nombre de postulats :

l’archéologie est biaisée par le regard masculin ; une archéologie moins subjective et donc plus scientifique passe par la correction de ce biais, et par la recherche sur le genre dans le matériau archéologique.

– le biais masculin en archéologie est lié à l’inégalité de la représentation des femmes dans les professions archéologiques, qu’il s’agisse du passé ou d’aujourd’hui.

– le biais masculin est lié à un usage sexiste du langage dans les publications archéologiques.

les principes de la pensée et de l’expression rationnelle, qui constituent la base du savoir académique, masquent un biais masculin derrière une prétendue objectivité.

Ces différents points sont dans l’ensemble partagés par la plupart des positions féministes en archéologie, le dernier étant plus contesté que les trois premiers.

Une vision radicale de l’archéologie féministe : Joan Gero et Margaret Conkey

Dans leur article « From programme to practice: gender and feminism in archaeology »1, Joan Gero et Margaret Conkey s’intéressent aux critiques énoncées par les féministes à l’encontre des sciences. En adaptant ces remarques générales à leur domaine particulier, les deux archéologues distinguent quatre thèmes qu’elles estiment particulièrement représentatifs de l’archéologie féministe :

– L’idée que la politique et les produits de la connaissance sont par nature inséparables

– L’idée que la rationalité est une exagération mythique qui n’existe jamais réellement dans la pratique scientifique

– Le développement d’un mode de pensée qui privilégie une connaissance intime et une compréhension nuancée des données au détriment d’un fonctionnement par catégories.

– La remise en cause de l’organisation traditionnelle de la discipline, par le développement de visions alternatives de l’archéologie.

Pour Joan Gero et Margaret Conkey, l’archéologie féministe est ou devrait être un exercice dangereux et transformateur. Une réelle prise en compte des théories féministes en archéologie devrait reconfigurer l’archéologie elle-même ainsi que les archéologues, et pas seulement introduire davantage de femmes en tant qu’acteurs ou objets de l’archéologie.

Corriger le biais masculin en archéologie

Le langage sexiste

Les féministes ont soulevé l’utilisation sexiste du langage, y compris dans les publications scientifiques. L’usage d’« homme » pour « humanité » ou « humain », de « il » pour « il ou elle » tend à rendre la présence des femmes invisibles. Cela renvoie une image du passé constituée de sociétés majoritairement masculines.

A terme, des mots connotés de manière moins évidente portent eux aussi l’image d’une société masculine : des termes abstraits comme « publiquement », « pouvoir », « autorité », renvoient l’image d’une société androcratique, alors qu’ils ne désignent objectivement pas un type de société particulier.

L’exemple du livre Man the Toolmaker de Kenneth Oakley (1950), permet de comprendre les préjugés qu’un choix malheureux de mots peut masquer. L’expression « Man the Toolmaker » (l’homme fabricant d’outils), est porteur d’un préjugé majeur concernant la Préhistoire, à savoir que les outils de pierre paléolithiques auraient été réalisés en majorité par des hommes plutôt que par des femmes, ce qui est largement contestable (sur ce sujet, voir « Genderlithics: Women’s Roles in Stone Tools Production »2 de Joan Gero).

L’emploi de l’expression « Man the Toolmaker” transmet l’idée que les hommes sont actifs (par contraste avec les femmes passives). Cette idée, transmise par l’archéologie, nourrit des idées actuelles : par exemple, que la domination des hommes sur les femmes serait normale dans l’espèce humaine, puisqu’à la Préhistoire, c’est déjà l’homme qui paraît actif. L’image du passé portée par les sciences légitime certaines idées. Les féministes attirent l’attention sur le fait que les reconstructions du passé proviennent d’études qui ne sont pas neutres, mais biaisées en faveur du masculin, ne serait-ce que dans le langage employé. En réalité, des arguments fondés sur des biais comme celui-ci ne sont pas justifiés par la science, mais se justifient eux-mêmes.

Pour le féminisme, il est important de mettre en lumière ces présupposés androcentriques. Il faut questionner les informations dérivées des sciences ainsi que leurs sources théoriques, plutôt que de les accepter sans esprit critique.

Regards contemporains sur les sociétés passées

Les féministes ont noté une tendance des archéologues à considérer la division sexuelle des tâches dans les sociétés passées comme similaire à celle des sociétés actuelles : la chasse et le commerce sont en général considérés comme des activités masculines, la cueillette ou le tissage comme des activités féminines.

Cette vision de la division sexuelle des tâches tend à présenter ces rapports entre les sexes comme normaux, inévitables et légitimes. Il s’agit là encore d’un argument circulaire semblable à celui évoqué plus haut : on légitime une idée par un renvoi à la science, qui est en réalité biaisée en faveur de cette même idée.

Les féministes rappellent qu’on ne peut appliquer des normes et des valeurs contemporaines à des sociétés anciennes. Pour éviter cet écueil, il faudrait s’intéresser à la division sexuelle des tâches dans les sociétés anciennes (par l’étude des objets associés à un sexe plutôt qu’à un autre, par exemple). Pour certain.e.s archéologues féministes, il faudrait s’intéresser également à l’élaboration sociale des genres. Celle-ci déterminerait davantage les relations entre membres de la société que la seule distinction « biologique » hommes / femmes. Cette proposition a conduit au développement de l’archéologie du genre, qui n’est pas l’apanage des seul.e.s archéologues féministes (voir plus bas).

Moindre intérêt des activités féminines

Les archéologues féministes dénoncent le moins grand intérêt porté aux activités féminines ou considérées comme telles. Les hommes sont généralement représentés comme plus forts, plus actifs et dominants que les femmes (conçues comme faibles, passives et dépendantes). Il semble donc qu’ils aient une plus grande importance du point de vue de l’Histoire, qui a longtemps été écrite en termes de conquêtes, de pouvoir, d’influences, de contrôle de ressources, etc.

Cette tendance se combine avec la supposition que la répartition sexuelle du travail était similaire à celle que connaissent aujourd’hui les sociétés occidentales. De ce fait, certains domaines sont considérés comme moins prestigieux ou moins importants, parce qu’ils sont associés, parfois à tort, à des activités féminines : préparation de nourriture, tissage…

Ce préjugé ne refuse pas seulement une importance aux femmes (tant passées que contemporaines) dans leurs activités, mais contribue également à leur invisibilisation : elles sont omises dans l’écriture de l’archéologie, qui se fait selon un point de vue masculin.

Certain.e.s archéologues féministes ont proposé de nouvelles interprétations des « origines de l’Homme », dans lesquelles une plus grande place serait accordée aux femmes. Dans certains cas, cela passe simplement par de nouvelles écritures, mettant en relief des informations que l’on sait déjà au sujet de la place des femmes mais qui tendaient à disparaître du fait de cette invisibilisation. Ainsi, Patty Jo Watson et Mary Kennedy3 ont relevé l’absence des femmes dans les descriptions des origines de l’agriculture en Amérique du Nord. Le rôle important des femmes dans l’invention de l’agriculture de cette région est pourtant établi dans de nombreuses disciplines ; mais quand on en vient à écrire l’histoire de l’agriculture, les plantes semblent « se domestiquer toutes seules ».

D’autres propositions tendent à percevoir un discours, donc un rôle actif, des femmes, dans des éléments généralement considérés comme passifs. Par exemple, un décor abstrait sur une poterie est généralement considéré comme un marqueur culturel, élément d’attribution de la poterie à une culture, donc passif – et sans lien direct avec les femmes. Selon certains points de vue féministes, dans certaines circonstances, un tel décor pourrait être impliqué dans un discours cryptique de femmes qui sont exclues des modes de discours dominants.

Dans ce genre de cas où fabrication et décor prennent place au sein du contexte domestique, les artefacts seraient plus marqués par une dialectique de pouvoir entre hommes et femmes que par la recherche d’une identité culturelle.

Là encore, l’archéologie doit se tourner vers l’étude des relations entre individus au sein d’une petite échelle ; ce à quoi l’archéologie du genre cherche à répondre.

Vers une archéologie du genre

En pratique, les interrogations soulevées par les archéologies féministes sont partagées par celles que traite l’archéologie du genre (née des préoccupations féministes en archéologie). Pour comprendre la place des femmes dans les sociétés anciennes, il faut comprendre les structures sociales qui encadrent la construction des statuts sociaux et des rôles de genre.

Du domaine des femmes qui était sa préoccupation première, la pensée de l’archéologie du genre s’est élargie à d’autres domaines eux aussi longtemps marginaux en archéologie, tels que les enfants ou la sexualité.

En s’intéressant à l’individu, l’archéologie reconnaît dans le cadre domestique une part importante de la vie sociale et politique des civilisations passées. Cette reconnaissance n’était pas envisageable dans le paradigme de l’archéologie processuelle, qui conçoit les cultures comme des systèmes, où l’individu est absent en tant que tel. Le féminisme en archéologie, de même que l’archéologie du genre et les archéologies post-processuelles, proposent ainsi un changement de paradigme, centré sur la notion d’individu.

Critiques de la pratique archéologique

L’archéologie féministe interroge la place des femmes au sein de la profession. Elle dénonce le sexisme dans l’embauche, dans la dotation de fonds académiques, dans la promotion. Cette critique a généralement eu lieu dans un contexte de remise en cause globale des pratiques discriminatoires.

Joan Gero a analysé dans « Gender bias in archaeology: here, then and now »4, la dotation de fonds de recherches à différent.e.s archéologues. Elle a découvert que les hommes réussissaient statistiquement mieux à obtenir des fonds pour les fouilles et le travail de terrain en général. Les femmes avaient statistiquement moins de chances d’obtenir une aide financière, et étaient plus susceptibles de recevoir des fonds pour ce que Joan Gero appelle des « tâches domestiques archéologiques » (analyse de poterie, de petit matériel, etc.). Est-il alors surprenant, demande Gero, que les interprétations produites par l’archéologie encouragent des visions stéréotypées du passé, l’homme travaillant à l’extérieur, la femme à l’intérieur ?

Pour Alison Wylie5, cette discrimination ne dépend pas de biais conscients ou d’attitudes délibérément machistes, mais de pratiques implicites, telles que l’usage du langage, des préjugés sur les choix de carrière, même de manières d’écrire ou de parler.

Cette conclusion correspond à l’idée féministe que nous participons tous à des pratiques sexistes, quelle que soit notre opposition au sexisme ; et que les détails du comportement quotidien participent d’un système oppressif plus large : « le privé est politique ».

Réévaluation de l’histoire de l’archéologie

L’histoire de l’archéologie elle-même a été largement construite par des hommes, au sujet d’hommes. On peut la décrire comme l’histoire de découvertes faite par des « grands hommes ». Les femmes y sont laissées de côté, ou traitées comme moins importantes.

L’un des aspects de l’archéologie féministe a consisté à redécouvrir et réécrire l’histoire de l’archéologie, afin de refléter le travail de ces femmes. Les motivations en sont diverses : raconter l’Histoire telle qu’elle a vraiment été, ou fournir aux futures archéologues des modèles auxquels elles puissent s’identifier.

Un biais masculin inhérent à la pensée académique ?

Pour un certain nombre de féministes, la structure académique de la connaissance elle-même est androcentrique. Le monde académique perçoit comme légitimes les qualités que la société encourage chez les hommes (rationalité, distance vis-à-vis des émotions…), et comme illégitimes celles qui sont encouragées chez les femmes (attitude émotionnellement chargée, subjectivité…). Le discours académique prétend être juste, neutre et objectif. En pratique, les règles qu’il impose seraient discriminatoires, puisqu’elles exigeraient, entre autres, que les femmes pensent et écrivent « comme des hommes » pour réussir. Dans cette optique, est-il surprenant que les hommes, qui ont cette pratique sociale et mentale depuis la naissance, réussissent mieux dans le monde académique que les femmes ?

La science est fondée sur les mêmes principes d’objectivité. En réalité, la pratique scientifique est toujours inscrite dans un paradigme, biaisée par des partis-pris et postulats plus ou moins conscients.

Pour ces féministes qui contestent l’objectivité et la valeur de l’écriture académique ou scientifique, il faut instaurer de nouvelles règles. La recherche de multivocalité intervient comme une proposition alternative au discours scientifique. Il s’agit d’écrire avec des voix différentes, des points de vue différents, permettant des conclusions différentes : pourquoi ne pas rechercher une écriture « émotionnelle » ? ne pas écrire sur des expériences personnelles ? ne pas conclure avec une question, plutôt qu’avec une conclusion ?

Ce discours reste controversé, y compris au sein des réflexions féministes. Cette critique peut se rapprocher des positions d’un certain nombre d’archéologues post-processuel.le.s. Le post-processualisme a été, dans ce domaine comme dans d’autres, largement influencé par la pensée féministe.

Il ne faut pas perdre de vue que les points de vue féministes sont variés, et que les partis-pris théoriques du féminisme en archéologie sont eux aussi très divers.

De prendre plus largement en compte la place des femmes dans les sociétés anciennes, jusqu’à remodeler complètement la pratique archéologique comme le défendent Joan Gero et Margaret Conkey, le féminisme en archéologie dessine un large spectre, qui peut se combiner avec d’autres positions théoriques.

Pour aller plus loin :

Etudes sur le féminisme en archéologie :

GERO, Joan ; CONKEY, Margaret W. (dir.). Engendering Archaeology: Women and Prehistory, Oxford, Blackwell Publishers, 1991.

  • Voir en particulier :
  • CONKEY, Margaret W. ; GERO, Joan. « Tensions, Pluralities, and Engendering Archaeology : An Introduction to Women and Prehistory »
  • WATSON, Patty Jo ; KENNEDY, Mary. « The Development of Horticulture in the Eastern Woodlands of North America: Women’s Role »
  • GERO, Joan. « Genderlithics: Women’s Roles in Stone Tools Production »

GERO, Joan ; CONKEY, Margaret W. « From programme to practice: gender and feminism in archaeology », Annual Review of Anthropology, 26, 1997, p. 411-437.

Critique de la pratique archéologique :

CONKEY, Margaret W. ; SPECTOR, Janet D. « Archaeology and the Study of Gender », in : Schiffler, M. (dir.), Advances in Archaeological Method and Theory, t. 7, New York, Academic Press, 1984, p. 1-38.

Lire en ligne sur Stanford.edu : https://web.stanford.edu/class/ihum42/archgender.pdf

GERO, Joan. « Socio-politics and the woman-at-home ideology », American Antiquity, 50, 1985, p. 342-350.

WYLIE, Alison. « Worplace issues for women in archaeology: the chilly climate », in : du Cros, H. ; Smith, L. (éds.), Women in Archaeology: A Feminist Critique, Occasional Papers in Prehistory, 23, Canberra, Australian National University, 1993, p. 245-260

Archéologie des femmes :

EHRENBERG, M. Women in Prehistory, Londres, British Museum, 1989.

GIMBUTAS, Marija. The Language of the Goddess, San Francisco, Harper and Row, 1989.

GIMBUTAS, Marija. The Civilisation of the Goddess: The World of Old Europe. San Francisco, Harper and Row, 1991.

RUSSELL, P. « The Palaeolithic mother-godess : fact or fiction ? », in : du Cros, H. ; Smith, L. (éds.), Women in Archaeology: A Feminist Critique, Occasional Papers in Prehistory, 23, Canberra, Australian National University, 1993, p. 93-97.

Réimprimé dans Hays-Gilpin, K. ; Whitley, D. S. (éds.). Reader in Gender Archaeology, Londres, Routledge, 1998, p. 261-268.

Etudes de cas : 

  • Sur la “Dame” de Vix : 

ARNOLD, Bettina. « “Honorary Males” or Women of Substance? Gender, Status, and Power in Iron-Age Europe », Journal of European Archaeology, 1995, 3, 2, p. 153-160.

Problèmes relatifs à la carrière :

GERO, Joan. « Socio-politics and the woman-at-home ideology », American Antiquity, 50, 1985, p. 342-350.

GERO, Joan. « Gender bias in archaeology: here, then and now », in : Rosser, S. V. (ed.), Feminism within the Science and Health Care Professions: Overcoming Resistance, New York, Pergamon, 1988, p. 33-43

WYLIE, Alison. « Worplace issues for women in archaeology: the chilly climate », in : du Cros, H. ; Smith, L. (éds.), Women in Archaeology: A Feminist Critique, Occasional Papers in Prehistory, 23, Canberra, Australian National University, 1993, p. 245-260

Notes

  1. GERO, Joan ; CONKEY, Margaret W. « From programme to practice: gender and feminism in archaeology », Annual Review of Anthropology, 26, 1997, p. 411-437.
  2. GERO, Joan. « Genderlithics: Women’s Roles in Stone Tools Production » , in : Gero, Joan ; Conkey, Margaret W. (dir.). Engendering Archaeology: Women and Prehistory, Oxford, Blackwell Publishers, 1991.
  3. WATSON, Patty Jo ; KENNEDY, Mary. « The Development of Horticulture in the Eastern Woodlands of North America: Women’s Role » in : Gero, Joan ; Conkey, Margaret W. (dir.). Engendering Archaeology: Women and Prehistory, Oxford, Blackwell Publishers, 1991.
  4. GERO, Joan. « Gender bias in archaeology: here, then and now », in : Rosser, S. V. (ed.), Feminism within the Science and Health Care Professions: Overcoming Resistance, New York, Pergamon, 1988, p. 33-43
  5. WYLIE, Alison. « Worplace issues for women in archaeology: the chilly climate », in : du Cros, H. ; Smith, L. (éds.), Women in Archaeology: A Feminist Critique, Occasional Papers in Prehistory, 23, Canberra, Australian National University, 1993,p. 245-260

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.