Quel est le point commun entre une princesse carthaginoise, un bijou grec et un motif syrien ?

Des perles de couleurs variées descendaient en longues grappes de ses oreilles sur ses épaules et jusqu’aux coudes. Sa chevelure était crêpée de façon à simuler un nuage. Elle portait autour du cou de petites plaques d’or quadrangulaires représentant une femme entre deux lions cabrés, et son costume représentait en entier l’accoutrement de la déesse. Sa robe d’hyacinthe, à manches larges, lui serrait la taille en s’évasant par le bas. Le vermillon de ses lèvres faisait paraître ses dents plus blanches, et l’antimoine de ses paupières ses yeux plus longs. Ses sandales, coupées dans un plumage d’oiseau, avaient des talons très hauts, et elle était pâle extraordinairement, à cause du froid sans doute.

Gustave flaubert, Salammbô, chapitre VII

Cette “femme entre deux lions cabrés », c’est le motif de la Potnia Thérôn (maîtresse des
animaux), connu dans l’art grec depuis le VIIIe siècle av. J.-C., emprunté à l’iconographie orientale.
Où Flaubert a-t-il découvert ce motif ?

Plaquette rectangulaire en alliage d'argent et d'or représentant une femme ailée debout, paumes levées, flanquée de deux lions dressés.
Plaquette : maîtresse des animaux flanquée de deux lions, alliage d’argent et d’or, 4,5 x 2,8 cm, découverte Camiros, production Rhodes, seconde moitié du VIIe
siècle av. J.-C.
Musée du Louvre, BJ 2169-14
Crédit : Photo (C) RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Stéphane Maréchalle

De 1859 à 1871, Auguste Salzmann fouille à Rhodes. Vers 1860-1862, il découvre, sur le site de Camiros, deux plaquettes en électrum, décorées d’une Potnia Thérôn, qu’il offre à
l’académicien Félix de Saulcy.

Flaubert, ami de Saulcy, eut la possibilité de les voir avant qu’elles ne soient léguées au Louvre en 1862. Elles inspirèrent à Flaubert l’un des costumes de Salammbô.

« Vous rappelez-vous m’avoir montré, il y a deux ou trois ans, une plaquette d’or repoussé qui avait été rapportée de Kamiros par Salzmann ? Cette plaquette représentait une femme qui m’a servi pour un des costumes de Salammbô. J’aurais besoin de la revoir. »

Lettre de Gustave Flaubert à Félix de Saulcy, datée du 24 janvier 1863 – Paris, Bibliothèque de l’Institut, MS 2295, n°70

Comment la représentation d’un bijou grec archaïque se retrouve-t-elle dans le costume d’une carthaginoise d’époque romaine ?

Cela tient à la confusion, répandue au XIXe siècle, entre art phénicien et art grec orientalisant.
La différence n’est à cette époque pas établie de manière claire. Il était par ailleurs courant de considérer Camiros comme une cité phénicienne. Salzmann partage cette idée. La plaquette, considérée comme « phénicienne », devient alors cohérente avec Carthage, cité de fondation phénicienne.

La question de l’origine de ces bijoux (importés, fabriqués sur place par des artisans
orientaux, ou bien par des grecs ?) a perduré longtemps : Rhodes est connue pour avoir été une plaque tournante du commerce méditerranéen à l’époque orientalisante, en particulier avec Chypre et le rivage syro-palestinien, dont la Phénicie. L’iconographie de la maîtresse des animaux et de la femme ailée est d’origine syrienne. La technique de l’estampage et la forme quadrangulaire des plaquettes est connue à Chypre.
Aujourd’hui, à la suite d’études portant sur le corpus des bijoux découverts à Rhodes, les
plaquettes sont interprétées comme une production locale d’inspiration orientale.

L’atelier pourrait peut-être même avoir été situé à Camiros.


Pour en savoir plus :

Coulié, A., Filimonos-Tsopotou, M. (dir.). Rhodes, une île grecque aux portes de l’orient. Paris, Musée du Louvre, 2014. 360 p. 
Catalogue de l’exposition présentée au musée du Louvre du 13 novembre 2014 au 10 février 2015.

Vous pouvez également lire Salammbô  sur Gallica : 
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8626108m

ou en télécharger une version epub : 
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k61076295


1 réflexion sur « Quel est le point commun entre une princesse carthaginoise, un bijou grec et un motif syrien ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.