Gisela Marie Augusta Richter

Née le 14 ou 15 août 1882, à Londres
Morte le 24 décembre 1972, à Rome
Archéologue classique, historienne de l’art


De l’histoire de l’art à l’archéologie
Gisela Richter naît dans une famille d’historiens de l’art ; ses parents, Jean Paul Richter et Louise Marie Richter, sont tous deux historiens de l’art de la Renaissance italienne. Sa sœur Irma se tourne plus tard vers le même domaine. Son père était l’ami de Giovanni Morelli et un défenseur du connoisseurship. 
Après une éducation à Maida Vale School, elle suit, vers 1896, les cours de l’archéologue
Emmanuel Löwy à l’Université de Rome ; c’est à cette occasion qu’elle décide de devenir
archéologue. Elle termine ses études à Girton College (Cambridge) en 1904 sans pouvoir être diplômée – Cambridge n’autorisant les femmes à obtenir des diplômes qu’en 1948. Elle passe alors un an à la British School at Athens.
Engagée par Edward Robinson au Metropolitan Museum of Art de New York en 1905, elle
déménage aux Etats-Unis. Elle prend la nationalité américaine en 1917.
Gisela Richter prend rapidement de l’importance au sein du musée, et est nommée en 1925 curator d’art grec et romain. Elle est la première femme du Metropolitan Museum of Art à occuper ce poste – en réalité la première personne à occuper ce poste, qui vient d’être créé dans le mouvement de professionnalisation initié par Edward Robinson.


L’archéologue de musée
Gisela Richter a voué sa carrière à l’analyse typologique et stylistique, dans le but de préciser le contexte chronologique et artistique des œuvres. Pour ce faire, elle emploie l’analyse stylistique à la manière du connoisseurship combinée à la
création de séquences d’évolution. « Archéologue de musée », telle qu’elle se qualifiait elle-même, sa vision de l’archéologie est tournée vers l’œuvre d’art en elle-même, plutôt que vers un objet archéologique dont on prendrait en compte le contexte chronologique et géographique. 

Kouros : sculpture en ronde-bosse représentant un jeune homme nu debout, jambe gauche en avant, les bras le long du corps.
Kouros de New York vers 590–580 av. J.-C., marbre, 194,6 cm New York, Metropolitan Museum of Art, 32.11.1


Kouroi 
En 1932, Gisela Richter convainc ses collègues de l’authenticité du kouros de New York.
 Grâce à son insistance, l’œuvre est acquise par le Metropolitan Museum. Afin de prouver son authenticité, Gisela Richter se consacre à l’étude des kouroi, dont la chronologie était inconnue – ce qui explique la réticence des musées face à ces œuvres. En 1942, Kouroi: Archaic Greek Youths, présente une vision typologique des kouroi qui peut servir de base à une chronologie, fondée sur l’étude des détails anatomiques (détails des yeux, des oreilles, placement des muscles). Ce livre, aujourd’hui contesté pour ce qui est parfois perçu comme une vision positiviste et arbitraire, reste un élément fondamental dans l’appréhension de ces œuvres majeures de l’art archaïque grec.


Une professionnelle du Metropolitan Museum

Gisela Richter fait partie de la première génération des professionnels de musée américains. Elle participe activement à l’enrichissement de la collection d’antiquités classiques du Metropolitan Museum, acquérant des œuvres phares de différentes civilisations et époques.
Son implication dans le musée est diversifiée : à la fois chercheuse et auteur de manuels et de guides de visite, elle est également intéressée par les aspects techniques de la création, tant des œuvres antiques que des faux contemporains. Elle dispense, à la fin de sa carrière, des cours en université (Columbia, Yale, Bryn Mawr, Oberlin). Son impressionnante bibliographie témoigne de la variété de ses domaines de recherche et des différents rôles qu’occupait alors le curator.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.