André Malraux et le char funèbre de Napoléon

Mort en 1821 à Sainte-Hélène, Napoléon fut inhumé sur cette île bien qu’il eût souhaité reposer à Paris. Durant près de dix années, les voix s’élèvent toujours plus nombreuses dans une population française de plus en plus marquée par l’aspect légendaire de l’Empereur, pour réclamer le retour de son corps.

Le régime issu des révoltes de juillet 1830, dirigé par le roi Louis-Philippe organise le rapatriement des restes du souverain, sur l’insistance du président du Conseil Adolphe Thiers, fervent bonapartiste. Point d’orgue de cette expédition, la cérémonie du 15 décembre 1840 devait marquer les esprits par son faste. Ultime étape du voyage, la journée consista en une procession entre Courbevoie et l’église des Invalides, procession au centre de laquelle se trouvait le char funèbre contenant le cercueil du grand homme. Véritable morceau d’architecture dû au talent d’Henri Labrouste, ce grand véhicule de bois doré de dix mètres de haut pour autant de long n’avait d’utilité que lors de la cérémonie. Après celle-ci, il fut exposé quelques jours sous l’Arc de Triomphe. Et depuis… plus aucune trace de son existence.

Projet du char funèbre de Napoléon par Henri Labrouste
Henri Labrouste, projet du char funèbre de l’Empereur, mine de plomb et aquarelle sur papier, Paris, Institut National d’Histoire de l’Art

Devenu un objet mythique du souvenir de l’Empereur, il agite les passions des conservateurs du musée de l’Armée pendant des décennies. Ces derniers seraient très heureux de retrouver une telle pièce ! Et dans ses Antimémoires, parues en 1967, André Malraux rapporte avoir vu ce char à Versailles, avec justement le conservateur des Invalides.

« L’année dernière, je suis allé inspecter le domaine des ombres abandonnées de Versailles. La Petite-Venise où habitaient les gondoliers du Grand Canal, les vestiges des ménageries avec leurs animaux de pierre et ceux du labyrinthe avec leurs chimères de plomb, le minuscule théâtre de Trianon où Marie-Antoinette joua le Barbier de Séville devant ses amis […]. Dans les quintes de toux, une explosion de poussière emplit la cour où les femmes de nos adjudants font pousser des géraniums sur leurs fenêtres ; et un timon auquel les toiles d’araignées pendaient comme des voiles des galères de la mort s’abattit sur le pavé en faisant sauter, entre les dindons, tout un peuple d’amours noirs aux ailes argentées. ‘’Il y a cinquante ans qu’on le cherche aux Invalides ! cria le conservateur : c’est le char funèbre de Napoléon !’’ »

Malraux décrit succinctement une iconographie qui semble se rapprocher du véritable char. Toutefois, cette description peut également être mise en relation avec le char funèbre du roi Louis XVIII, or ce dernier fut identifié dans une remise des communs du Petit Trianon en 1978. Il s’agit donc très certainement d’une confusion de la part du conservateur du musée de l’Armée qui accompagnait alors Malraux, très enthousiaste à l’idée de retrouver le char funèbre de l’Empereur. Le char semble bel et bien détruit et n’existe plus aujourd’hui.

 

Char funèbre de Louis XVIII
Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon
Photo (C) RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.