Pierre Verlet

Né le 29 mars 1908 à Paris

Mort le 9 décembre 1987 à Paris 

Archiviste-paléographe, historien de l’art, conservateur du patrimoine

 

Vie 

Pierre Verlet est né à Paris en 1908. Formé à l’École du Louvre et à l’École des Chartes, il est diplômé en 1932 avec une thèse sur la maison de Sully. Devenu conservateur de musée, l’essentiel de sa carrière se déroula au sein du département des objets d’arts du musée du Louvre entre 1945 et 1972. Soucieux d’enrichir les collections publiques françaises, il s’attacha à combler les lacunes du département, fit acquérir plus de mille objets de la période moderne, et créa les sections Empire et Restauration. Ses champs d’études furent extrêmement diversifiés, il se spécialisa aussi bien sur l’époque médiévale que sur la période moderne, étudiant à la fois la majolique, les ivoires ou bien les émaux, et fit date dans l’historiographie de la discipline en publiant, avec Blaise de Montesquiou-Fezensac, l’ouvrage laissé inachevé en 1946 du marquis de Vasselot Les Gémellions limousins du XIIIe siècle en 1952. Le mobilier du XVIIIe siècle reste néanmoins son domaine de prédilection. Son rôle dans la recherche fut aussi bien celui d’auteur que d’encadrant : il explora des champs de créations jusque-là mal connus tels la porcelaine de Sèvres, les bronzes d’ameublement, ou bien encore les tapis de la Savonnerie ; dirigea une équipe au CNRS sur l’orfèvrerie française en province, supervisa la thèse de Jean-Pierre Baroli qui fit le jour sur l’estampille B.V.R.B.

Il a formé de nombreux spécialistes en enseignant à l’École du Louvre, d’abord de 1944 à 1953 au sein de la spécialité Histoire des arts décoratifs appliqués à l’industrie, puis jusqu’en 1965 en Décoration des grandes demeures françaises du Moyen-Âge au XIXe siècle.

Le cadre familial dans lequel évoluait Pierre Verlet était lui-même très tourné vers l’étude des arts décoratifs. Son épouse, Nicole Verlet-Réaubourg, était spécialiste de l’orfèvrerie provinciale et travaillait avec lui au CNRS. L’une de leurs filles, Colombe Samoyault-Verlet (1938-2009), suivit les traces de son père à l’École du Louvre et l’École des Chartes, puis devint conservatrice du patrimoine et se dévoua aussi en grande partie à l’étude des arts décoratifs, avec son mari Jean-Pierre Samoyault, notamment au château de Fontainebleau et au Mobilier national.

 

Pensée 

C’est particulièrement sa méthode d’étude, dont la source se trouve certainement dans sa formation d’archiviste-paléographe, qui fait de lui une figure si importante. Dès 1936, cette façon de travailler faisait ses preuves et il l’expliquait dans un article du Burlington Magazine. Avec un soin méthodique, il dépouilla les archives de l’ancien Garde-Meuble royal et des manufactures aux Archives nationales, établit une grande quantité de fiches, et cherchait à faire corroborer les objets et leurs marques avec ces informations. Il a ainsi retrouvé et retracé l’histoire de nombreuses œuvres. Avant lui, personne n’avait étudié aussi fondamentalement ces archives. Aujourd’hui, il est impensable pour un chercheur de les négliger, et de faire fi des marques que porte le meuble ou l’objet ! Ces nombreuses identifications lui permirent d’établir des considérations stylistiques claires en des synthèses qui forment de véritables instruments de recherches, notamment sa série de volumes consacrée au mobilier royal français (publié entre 1945 et 1963), ou bien à la Manufacture de Sèvres (1953). De ces recherches ont été tirées d’autres conclusions fondamentales pour les arts décoratifs, comme la séparation du travail de menuisier et d’ébéniste sous l’Ancien Régime, ou l’importance des marchands-merciers

« Tout se retrouve », disait Pierre Verlet. Et ces identifications ne servaient pas que la recherche pure, mais un vrai dessein muséal pour les châteaux-musées. Il souhaitait faire replacer dans leur contexte d’origine le mobilier créé pour une pièce et identifié comme tel. Il exposa cette vision dès 1937 dans un article de la Gazette des Beaux-Arts pour Versailles et la reprit en 1950 (Musées de France). Cette politique de remeublement fit bien des émules, à Compiègne ou Fontainebleau par exemple et a composé le visage des châteaux-musées tel que le connaît le visiteur aujourd’hui.

Nous l’avons déjà vu soucieux de former et encadrer les futurs professionnels du métier, mais il fit aussi part de ses recherches au grand public au-travers de nombreuses expositions, notamment Les Grands services de Sèvres en 1951 ou bien Dix siècles de joaillerie française en 1962 qui fit date dans l’histoire du Louvre. Il réorganisa également les salles du musée de Cluny selon l’organisation des anciens métiers parisiens, et rendit plus didactique le parcours des objets d’art du Louvre par une organisation chronologique et une mise en situation des meubles et objets, entre 1958 et 1966.

 « Il est donné à peu d’historiens de renouveler et de faire progresser un domaine autant que Pierre Verlet l’a fait à notre époque pour l’histoire des arts décoratifs français » déclara Daniel Alcouffe qui lui a succédé au département des objets d’art du Louvre. Et en effet, spécialiste éclectique dans son domaine, qui ne négligea ni le travail de conservateur de musée, ni la recherche, Pierre Verlet apparaît aujourd’hui comme une véritable figure de discursivité pour les arts décoratifs, et a su fonder une méthode d’étude qui demeure probante.

 

Écouter Pierre Verlet : https://www.youtube.com/channel/UC6xgX0YwsvRnpKj45tJxM5w


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.