Histoire sociale de l’art

Arnold Hauser, dans la préface à La sociologie de l’art, cite les intellectuels qui, selon l’historien de l’art hongrois, ont préconisés l’approche de l’histoire sociale de l’art : Diderot, Lessing, Madame de Staël, Marx et Engels ; et encore Edmund Wilson, Walter Benjamin, György Lukacs et Adorno. Selon le Dictionnaire des historiens de l’art allemands, Aby Warburg est le premier historien à élaborer une histoire sociale de la peinture. En effet, il est un des premiers à parler de classes sociales et politiques, dans son ouvrage sur la Chapelle Sassetti à Florence, où il étudie la famille de marchands florentins qui ont commandé les fresques de Ghirlandaio. Pour cette raison, l’historien de l’art italien Enrico Castelnuovo voit dans la figure de Warburg un des fondateurs de l’histoire sociale de l’art. Il faut attendre les années 1940 pour voir une approche dialectique, que certains historiens utilisent pour une vision de l’histoire de l’art visant à comprendre les mécanismes entre classes subalternes et dominantes. En 1947 Frederick Antal publie l’ouvrage Florentine Painting and its Social Background qui, à partir des premières études de Warburg, vise à comprendre le milieu socio-politique de la Florence du Quattrocento. Dans les mêmes années, des historiens de l’art comme Francis Donald Klingender et Meyer Schapiro s’intéressent à la discipline dans une optique marxiste. Un ouvrage qui a été très critiqué est l’Histoire sociale de l’art de Arnold Hauser, publié en 1951. Lui aussi s’appuie, au début, sur une philosophie dialectique marxiste, mais sa pensée va se dépolitiser après, avec une approche plutôt hegelien. Cette histoire générale de l’art était un vrai compendium depuis les origines de la peinture des grottes jusqu’à le cinéma contemporain, dans une vision macro-économique et basée sur les structures de l’histoire marxiste et les classes sociales. Arnold Hauser veut démontrer l’intérêt d’une approche sociologique à l’étude de l’histoire de l’art, en dépassant l’influence formaliste de Wölfflin et aussi l’histoire culturelle et intellectuelle de l’iconologie de Panofsky. Toutefois, il est aussi conscient de ne pas pouvoir appliquer la méthode sociologique à chaque expression du monde de l’art, étant quand même fondée sur des individus. Pour Hauser, en fait, la sociologie de l’art possède des limites internes et externes, par exemple le fait que la qualité de l’œuvre d’art n’ait pas un poids sociologique. Cependant, la clé de sa théorie est l’opposition à l’autonomie de l’art. L’art comme catégorie est, pour Hauser, à étudier dans son rapport avec la totalité sociale. À partir des années 1960, le paradigme a été surpassé et croisé avec les autres dans les travaux de l’italien Enrico Castelnuovo et de l’américain T.J. Clark.

Une anthologie en français de l’histoire sociale de l’art est parue en juin 2016 par un groupe de recherche de l’Institut National d’Histoire de l’art de Paris : Histoires sociales de l’art, vol. I et II, éd. par Neil McWilliam, Constance Moréteau, Johanne Lamoureux, Paris, INHA, 2016  


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.